La position du dojo (JARA9)

S’il existe de nombreuses descriptions de l’orientation idéale du dojo, nous sommes toujours confrontés à certaines questions : comment faire quand la porte de sortie se trouve située à l’est, suite à une fantaisie d’architecte ? Ou bien quand le kamiza est installé sur le mur sud ou ouest du dojo ? Après une présentation générale des règles d’or, nous tenterons d’apporter des éclairages permettant de répondre à ces questions.

La disposition intérieure de la salle où sont installés les tatamis ne doit rien au hasard ou à un simple désir de décoration. Elle est une application matérielle de l’éthique propre à notre discipline. Elle vise donc à permettre : la meilleure efficacité de l’enseignement, le respect des personnes, en assurant sécurité et hygiène, le respect des lieux, en assurant ordre et propreté, le respect de l’éthique, en définissant les rapports entre tous.
Le dojo (道場) est le lieu où l’on étudie et cherche la voie (道). Historiquement le dojo était la salle d’un temple religieux consacré à la méditation. Ces salles ont été utilisées par la suite pour l’enseignement des arts martiaux.

Le kamiza

Le dojo obéit à des règles d’or concernant son orientation. Ces règles furent fixées par l’empereur Kammu (736-805), pendant l’ère Heian.
Le côté honorifique, le kamiza (上座), littéralement le côté élevé, est situé face au sud. C’est le mur (za) des esprits (kami).

Le kamiza de Fleury-sur-Andelle lors d'un stage enfants
Le kamiza de Fleury-sur-Andelle lors d’un stage enfants

Le kamiza dispose d’un autel (ou niche) : le tokonoma (床の間), où l’on peut déposer des éléments décoratifs. A l’origine cette alcove représentait symboliquement la grotte céleste dans laquelle s’était réfugiée Amateratsu, la déesse du soleil (voir JARA n° 6). Dans cette niche, l’Empereur conservait les “Trois Joyaux” du Japon : un miroir de bronze poli, une épée droite, un joyau écarlate.
Il est traditionnel d’y déposer un bouquet arrangé selon la tradition de l’ikebana (生け花 ) ou un bonsaï qui matérialisera les forces de la nature. En fait, on peut utiliser de nombreux éléments décoratifs : pierre, statuette, éventail, ou casque qui seront déposés sur une table symbolisant le tokonoma. Parfois dans les dojos traditionnels, ce mur était composé d’une cloison de bois permettant d’y disposer divers rangements. où l’on dissimulait des armes.
Aujourd’hui, le kamiza est plus souvent simplement décoré d’un portrait représentant le fondateur de la discipline enseignée. C’est à l’occasion de manifestation particulière que l’on aménage un tokonoma «éphémère». De plus, dans les dojos publics utilisés pour de nombreuses disciplines (y compris non martiales !) on trouve souvent sur le kamiza les portraits de plusieurs fondateurs comme Morihei Ueshiba (aïkido) ou Jigoro Kano (Judo).  L’enseignant s’assied toujours dos au kamiza. Et c’est aussi près de lui que doit être placé un invité de marque.

Orientation du dojo
Orientation du dojo

Le shimoza

Le mur situé face au kamiza est le shimoza (下座), littéralement le côté bas, où sont assis les élèves qui font face au sensei. C’est le mur des ancêtres (shimo). A droite, côté Est, les plus gradés, à gauche, côté Ouest, les moins gradés.
Le Shimoza représente le culte des ancêtres et la piété filiale ainsi que la force des anciennes traditions. C’est donc symboliquement le lieu où l’on va recevoir, dans le respect, l’enseignement des aînés qui perpétuent les traditions qu’ils ont reçus eux-mêmes de leurs pères.

Joseki et Shimozeki

Le Migi Gawa (côté droit) du dojo si l’on regarde face au Nord est donc le mur Est. Appelé Joseki (côté supérieur) il est considéré comme Ura, donc Yin et féminin et est traditionnellement réservé aux instructeurs qui assistent le sensei.

Le Hidari Gawa (côté gauche) si l’on regarde face au Nord est donc le mur Ouest. Appelé Shimozeki, il est considéré comme Omote, donc Yang et masculin et est occupé par les élèves les plus jeunes, les débutants, les moins gradés (kohai).

Symbolique d’enseignement

Cette orientation a une signification symbolique. Face au Sud, l’enseignant reçoit la lumière du soleil, qui est la connaissance qu’il doit transmettre. Les élèves ne peuvent voir cette lumière qu’au travers de la réflexion qu’en offre l’enseignant, qui se doit donc d’être le miroir le plus fidèle possible. Les pratiquants anciens sont du côté du soleil levant : de par leur ancienneté, ils commencent à comprendre les principes essentiels de leur discipline, alors que les débutants sont encore dans l’ombre.

Dojo traditionnel
Dojo traditionnel

La porte dojo est traditionnellement construite dans l’angle inférieur situé au Sud-Ouest de la salle. Les débutants se trouvant près de l’aire d’attente dans le coin sud-ouest sont donc près de la porte d’entrée et de sortie. C’est le coin des « sans-grade » et « sans nom », ceux qui se faisaient tuer en premier lorsque le dojo était attaqué, on y place également les visiteurs.  A l’opposé, côté Est, les plus hauts gradés protégeaient le Maître de leur sabre.

Le placement des invités du côté des débutants près du mur Ouest (Shimozeki), quand il existait de nombreuses écoles concurrentes, rendait difficile aux éventuels espions envoyés par les autres écoles de voir les techniques particulières à ce dojo pratiquées par les anciens près du mur Est.

Traditions et fantaisies d’architecte

Et maintenant pensez à votre dojo… Est-il orienté correctement ?  le kamiza est-il bien situé sur le mur Nord afin que lors du salut l’enseignant soit inondé par les rayons du soleil ? Et la porte d’entrée de votre dojo où est-elle située ? Si cette porte se trouve dans le coin inférieur sud-est, que privilégiez-vous ? Mettre les anciens à l’ouest afin que les «sans-grade» puissent donner leur vie en cas d’intrusion fortuite ? Dans ce cas les sempaïs se retrouvent dans l’ombre (à l’ouest)  et ne bénéficient pas des premiers rayons du soleil (de la connaissance)…
Force est de constater que dans beaucoup de cas, l’édifice dans lequel nous pratiquons n’a pas été pensé pour être un dojo… c’est en fait une salle de sport polyvalente que nous adaptons.
A vous donc, en fonction de la symbolique que vous préférerez, de disposer vos élèves… la transmission du savoir combinée à la tolérance et à l’adaptabilité restant, dans notre culture, l’élément fondamental.

Sources :

Blog Bushidô, la voie du guerrier : http://bushido.over-blog.com/article-17754743.html
Blog Tunis Aikido : http://tunisaikido.blogspot.fr/2008/11/architecture-dun-dojo-daikido.html
Wai Jia, arts du poing externe : http://www.tao-yin.com/wai-jia/dojo_1.htm
Le blog d’Emilie : http://www.infoaikido.com/tag/dojo/
Takemusu Aikido Renmei France : http://itaaf.free.fr/

Laisser un commentaire