Archives de catégorie : Journal

Catégorie utilisée pour identifier tous les articles qui potentiellement feront partie d’un numéro du journal de l’A.R.A.

Stage féminin à Ermont 11 janvier 2015

Le stage a été dirigé par Laurence Debaere, 4ème DAN A.RA. et membre du collège technique. Nous avons profité de la pause pour poser quelques questions à Laurence.


JARA : Bonjour Laurence, pendant ce stage tu alternes sans cesse le travail entre gradées-débutantes puis gradées ensemble et débutantes ensemble. Pourquoi ? Continuer la lecture de Stage féminin à Ermont 11 janvier 2015

Formes, genres et aïkido

L’aïkido est une discipline récente de gendai budō développée sur le terreau fertile d’une longue lignée d’écoles traditionnelles après l’édit Hatōrei interdisant le port du sabre (1876). La pratique et la voie définissent l’art et modèlent la discipline. Á mesure de la transmission du geste la discipline évolue, dans sa forme et dans son concept, nourrie des échanges liés à la pratique. Le maître transmet, l’élève reçoit et chacun apprend à son tour de l’autre.

Un femme-Bokenaspect important du développement de l’aïkido est lié à sa modernité : la naissance de la discipline en relation directe de cause à effet d’installation dans une période de paix. Un défi existentiel à soutenir pour une discipline relevant des ‘arts martiaux’, la maîtrise ultime permet de triompher par un non-combat. Cette notion fondatrice de l’aïkido peut trouver ses racines dans une lecture utopiste des idéogrammes partagés par les grands courants du berceau des arts martiaux : Que ce soit en Chine, au Japon ou au Viêt Nam, par exemple, le signe 武 traduit par « martial » est similaire : phonétiquement « Wu », « Bu » et « Vo » respectivement. Traduit en terme de « guerre » ou « combat », les idéogrammes stylisent un personnage tenant une lance, et peuvent se décomposer en deux caractères dont le premier aurait pour sens « arrêter » la « lance », ainsi serait préfigurée l’idée de « celui qui maintient la paix ». Continuer la lecture de Formes, genres et aïkido

Les enfants et les armes

COMPTE-RENDU DU STAGE ENSEIGNANTS Les enfants et les armes Fresnoy-en-Thelle – 8 février 2014 Travailler les armes avec les enfants est important. C’est une source de plaisir et un formidable outil pour enseigner le respect, le calme, la concentration, la posture… Les armes peuvent être mises entre toutes les mains et ce, dès le début … Continuer la lecture de Les enfants et les armes

Le salut avec un tambo

Si nous utilisons couramment le bokken, le jô ou le tanto, le tambo est plus rarement manipulé lors de nos cours ou de nos stages. Tambo-1A€ l’occasion d’un de ces derniers, je me suis posé la question du salut avec cette arme. Comment saluer avec un tambo ? Doit-il être considéré comme un petit jô ou bien existe-t-il un rituel particulier avec cette arme ? Un retour aux sources s’impose ! Le salut avec un tambo est décrit en détail dans le livre de Jean Zin, élève de Tadashi Abe : Le tam-bo. le bâton : arme de défense paru aux éditions Sho Bu Kai en 1962. En voici un petit résumé.

Tambo-2Le salut simplifié
Comme avec un jô, le bâton est toujours présenté debout ou à genou, horizontalement devant vous, avec un salut de la tête (photo 1) en faisant face à O’ Sensei représenté sur le kamiza (début du cours) ou face à votre partenaire (lors de l’entraînement). Ce simple salut peut être considéré comme suffisant.

Le salut protocolaire
Lors d’une démonstration et de façon plus protocolaire, on pourra faire le salut complet tel que décrit dans les pages 38 et 39 de l’ouvrage de maître Zin.
Tambo-3Face au kamiza, debout, le tambo est tenu sur la gauche et le long du corps. Poser le genou gauche au sol ainsi que la pointe du tambo, main retournée, main droite sur le genou droit (photo 2).  Amener le genou droit au sol près du gauche. La pointe du tambo reposant au sol est saisie par la main droite (photo 3) et le tambo est posé à plat, au sol, devant vous. Tambo-4Adopter alors la position seiza, mains sur les genoux. Reprendre le tambo à deux mains et saluer le partenaire en élevant le bâton à la hauteur des yeux en regardant l’adversaire par dessus le tambo (photo 1). Poser la pointe du tambo au sol côté gauche, votre main gauche en bas et votre droite en haut du bâton (photo 4). Tambo-5Relever le genou droit, main droite sur le genou puis reprendre la position debout en levant le genou gauche, tambo le long du corps (Photo 5).

Editorial 10

Bonjour à tous, un nouveau numéro du Journal de l’A.R.A pour vous souhaiter de très bonnes fêtes de fin d’année. Il y a longtemps depuis la publication du dernier journal, mais comme vous le verrez dans ces pages, nous n’avons pas chômé pour autant avec la mise en place d’une commission communication. Lorsque tout sera bien posé, nous espérons pouvoir vous  proposer notre publication plus régulièrement. Dans ce numéro, vous pourrez découvrir quelques articles de fond, des surprises, vos rubriques habituelles bien sûr et des conseils pratiques. Bonne lecture et BONNE ANNEE 2014

Mot du président 10

Bonjour à tous,

la fin de l’année est là et comme à chaque fois nous faisons le constat que le temps passe vraiment vite. Cependant l’année écoulée n’a pas été sans mouvement pour l’A.R.A.  En effet, nous avons vu de nouveaux pratiquants nous rejoindre, nous avons vus de nombreux  membres de nos club passer des grades avec pugnacité, nous avons vu notre organisation s’étoffer avec une cellule communication en charge du journal de la fédération, du site web à venir et de bien d’autres choses dont nous vous parlerons dans ces pages. La fréquentation des stages s’améliore, ce qui est la marque  d’une bonne motivation de chacun d’entre vous. En bref, nous pouvons nous féliciter, vous féliciter de votre implication et de votre motivation. Je vous souhaite de poursuivre sur ce chemin, nous sommes chaque jour plus nombreux à l’arpenter et c’est ainsi que nous reussirons à perpétuer notre pratique. Bonne année 2014 !

Jean-Pierre Le PIERRES

La cellule communication (JARA10)

L’A.R.A se dote d’une organisation dédiée à la communication. Une grande fédération d’Aïkitaï jutsu se doit d’être vue. Elle doit aussi pouvoir transmettre les informations correctement à ses adhérents. Les événements des clubs et de la fédération ont droit à une visibilité sur les médias et canaux de diffusion d’aujourd’hui.

Après la mise en place des  différentes commissions, l’ARA poursuit sa structuration avec la formation de l’équipe communication. Depuis la rentrée, quelques pratiquants de différents grades et venus de différents clubs, se sont mobilisés et ont commencé à travailler sous la houlette de Jean-Pierre et Pascal, sur différents dossiers.

Diplome (ème kyu
Un diplôme de grades personnalisable par club, bientôt accessible sur le site fédéral de l’A.R.A.

Développer l’image de l’ARA en interne et vers l’extérieur, refonte du  site de notre école, exploitation de tous les supports et canaux de communication, tels sont les premiers chantiers mis en route. A ce titre, nous recherchons un(e) « expert(e) » en nouveau canaux : Facebook/Twitter, qui pourrait rejoindre notre équipe rapidement, si vous êtes tenté(e) manifestez-vous !

Membres de la commission : Carole, Maud, Pauline, Alain B., Christophe, Jeff, Jocelyn, Jean-Pierre, Pascal.
Envie de nous aider ? Une information ? Un article ? Une demande ?
Envoyez vos messages à : ara.com@aikitaijutsu.fr

Ce sera long, demandera du temps et du travail… Mais, ensemble, nous construirons l’image de l’A.R.A., ensemble, nous construirons l’A.R.A.

Plan de communication
Manuel de communication – 18 pages

Les premiers grands chantiers de la cellule communication seront : la refonte du site fédéral, la mise en place d’une biographie de Jean-Pierre LE PIERRES,  l’alimentation régulière des stages de notre fédération sur les différents supports, la création d’une vidéo institutionnelle,…

Un planning prévisionnel des actions a été élaboré et doit se répartir sur les deux années à venir. Nous comptons sur tous, dans chaque club pour appuyer et relayer cette démarche.

La Fédération A.R.A présentera sous peu son nouveau site web. Vous pourrez y découvrir le portrait de chaque technicien, l’histoire de l’ARA, toutes les informations et documents utiles aux clubs, un espace réservé aux responsables de clubs et bien d’autres choses encore…

Cellule_Communication_ARA
La cellule communication presque au complet (manque Pauline et Alain B.), réunie lors du stage national organisé à Bresles les 15 et 16 Novembre 2013.
Logo-ARA-transparent
l’A.R.A. présente son nouveau logo. La grue se pare d’une crête rouge et le cercle support du sigle de notre fédération (Aïkitai Jutsu Ryu Abe) devient gris pour mieux faire ressortir les lettres rouges (le cercle était dans un dégradé de vert auparavant).

 

Le DIF (JARA10)

Dans le cadre de son organisation et de sa structuration, l’ARA a mis en place un système de DIF: le Diplôme d’Instructeur Fédéral. Chaque enseignant doit pouvoir se prévaloir de cette formation, ne serait-ce que pour affirmer sa légitimité face aux parents, aux adhérents ou aux interlocuteurs communaux.

Relancé il y a un an dans une organisation un peu plus formelle, le DIF ou Diplôme d’Instructeur Fédéral ARA entame son second cycle. Fort de son expérience passée, il se complète et se stabilise.
Les pratiquants qui s’inscrivent à l’épreuve du DIF sont principalement des professeurs qui souhaitent régulariser leur situation administrative vis-à-vis de la municipalité; des pratiquants qui envisagent d’ouvrir un club ou de succéder à un enseignant; des assistants de cours ou tout simplement des personnes curieuses et motivées qui un jour seront enseignants à leur tour.
Les modules de formation et d’information sont revus en fonction de l’évolution des réglementations, mais aussi des attentes et remarques des postulants. L’objectif majeur du DIF est de fournir aux participants des pistes de recherche, des indications sur les orientations de la Fédération.
Le DIF permet de situer notre école dans la mouvance aïki, de se faire une idée des bases utiles à connaître pour proposer un cours à des enfants ou à des adultes. Les sessions DIF permettent aussi aux  aspirants professeurs de se confronter au public (membres de la commission et collègues des cours) ce qui est bien souvent un moment délicat au départ.
Des intervenants extérieurs à la commission (profs / assureurs) sont conviés pour faire part de leur expérience en tant qu’enseignants, ou pour répondre aux questions qui peuvent voir le jour.
Le DIF est aussi un moyen de s’impliquer un peu dans la vie de l’ARA en se faisant les relais de notre pratique et en participant à la diffusion de notre art martial.

2013/11 Stage enfants à Bornel (JARA10)

2013_11_BornelL’A.R.A. organise régulièrement des stages dédiés aux enfants. C’est au dojo de Bornel, dans l’Oise que s’est déroulé le 23 novembre 2013, le dernier stage enfants. Il était encadré par Laurence Debaere, technicienne A.R.A et responsable de la commission enfants de l’A.R.A., par Olivier, enseignant enfants du club d’Ermont et par Jeff, assistant enseignant à Ermont également.
21 participants se sont rencontrés pour évoluer ensemble sur les tatamis. Une occasion rêvée, comme lors des stages adultes de découvrir d’autres pratiques et d’autres pratiquants.
Voici le retour de Jeff sur ce stage.

Le stage dure 1 h 30 ce qui est souvent un peu plus qu’une séance enfants habituelle dans un dojo. Un échauffement ludique pour commencer avec la participation des encadrants. On commence à courir, on saute, on chute, on tourne puis, quand on est bien chaud…. on recommence ! Ah oui j’allais oublier… Bien sûr, on tourne autour du tatami en déplacement shikkô, un claquement de main, tout le monde se lève et on court, un claquement de main, et hop, on repart en shikkô … course, shikkô, course, shikkô… je vous assure qu’à ce rythme là, les enfants sont vite chauds et prêts pour commencer … l’échauffement des poignets !
En Seiza, quelques mouvements de tête puis on enchaîne Kote gaeshi, kote mawashi et kote hineri, 10 de chaque… on fait ainsi le tour jusqu’à ce que tous les enfants aient compté. Chauds ? On a rien oublié ? Place à l’aïkitaï Jutsu !
Quelques mouvements basiques pour commencer sur une saisie Ai hanmi katate dori, on travaille la sortie de ligne puis l’entrée en uchi kaiten. Le niveau des pratiquants est très hétérogène. Plus de la moitié a commencé l’aïkitai jutsu à la rentrée de septembre, c’est à dire il y a à peine trois mois ! L’autre partie est constituée d’élèves plus aguerris. On décide donc de séparer le stage en deux parties. Une partie avec les débutants poursuivra avec des mouvements ronds constitués essentiellement de projections (aiki nage, kokyu nage,…) l’autre partie (majoritairement 5ème et 4ème kyu) approfondira les formes de kaiten nage en entrée uchi ou soto, avec enchaînements de techniques. Une vingtaine de minutes avant la fin, on réunit tous les participants de nouveau pour travailler le Jô. Quelques mouvements simples de garde, de frappes et de déplacements qui, pour certains, ont été leur premier contact avec une arme. Enfin, tous sont invités à développer leur kokyu dans un travail de projection par le souffle avec deux partenaires saisissant en morotedori. Une belle journée qui s’est conclue par un superbe goûter organisé par le club de BORNEL.